Balade jusqu'à la Pointe Banane au Robert

On dit souvent qu’après l’effort , il y a le réconfort, sans doute pour motiver les troupes quand, à force de sueur et de jambes courbaturées, l’arrivée se fait tarder.

Et si je te dis qu’ici, l’effort sera minime et la récompense sublime ? Ça t’intéresse hein ? 😅

Je te vois d’ici, te dire « moi et la rando, on n’est pas trop amis… » Mais là, au bout d’1h30 de marche à vitesse lente (genre je prends mon temps, j’observe et j’en profite pour papoter et faire quelques photos - obligé 😉), tu arriveras à la Pointe Banane et sur une jolie plage aménagée, calme et surtout très tranquille. Bon ok, j’vais être honnête, il y aura parfois quelques courtes montées à faible dénivelé à passer, mais rien de bien méchant… Promis !


Le parcours est très bien indiqué. Il suffit de prendre la direction de la Pointe Savane au Robert et tu apercevras sur la route un grand panneau sur ta gauche avec un plan détaillé indiquant le départ de la randonnée jusqu'à la Pointe Banane.


Le départ se fait dans les sous-bois d’une forêt sèche très ombragée et fraîche. Tout est bien balisé, mais nous avons parfois hésité à prendre certaines directions. Petite astuce : dès que tu vois une croix rouge et blanche marquée sur un arbre cela indique que ce n’est pas le bon chemin. CROIX = mauvaise route ; maintenant tu sais 😉.


Le sol est recouvert d'énormes racines, tels des branchages couchés à même le chemin, et, si on tend l'oreille (enfin, surtout si on arrête de se raconter nos histoires de Réveillon de Noël 🎅🏽 n'est-ce pas @joa_rozlin 😅), les oiseaux nous accompagnent de leurs chants. On croise aussi un beau bernard-l'hermite en chemin. Cette nature ressourçante est un vrai plaisir pour celui qui sait l'observer et l'apprécier…


Puis la forêt s'éclaircit un instant et on passe à proximité de quelques maisons où l'on peut contempler au loin une belle vue sur l'océan Atlantique.

Nous avons de la chance de faire cette balade par temps sec car le chemin n'était pas boueux, mais j'imagine que parfois le sentier est très glissant par temps de pluie, et peut-être que l'eau ruisselle par endroits car sur le parcours nous empruntons deux petites passerelles en bois, en très bon état et quasiment neuve ! Parfait pour observer et se poser un instant…

La forêt s'éclaircit peu à peu et laisse apparaître la mangrove et ses palétuviers. On entend le grondement des vagues au loin, nous savons alors que nous nous rapprochons tranquillement de la pointe Banane.

Après un passage dans la mangrove où les palétuviers croisent leurs racines ancrées dans le sol, on arrive sur une petite anse située à côté du site naturel protégé de l’Anse Banane. Un ravissement !


Le lieu est bien aménagé avec deux tables où l’on pose nos affaires, ravis et impatients de piquer une tête.

L’eau est peu profonde, même plus au large, et il n’y a pas de grosses vagues. Ce petit coin de plage au sable blond, méconnu et très peu fréquenté, est idéal pour Milo qui ne sait pas encore nager.


Nous avons quand même la chance de ne pas avoir d’algues sargasses ce jour-là, car j’ai fort à penser que lorsqu’elles sont présentes en masse sur la Martinique, elles doivent envahir ce lieu et le rendre beaucoup moins paradisiaque…


On joue à Robinson et explorons les lieux. Çà et là, coquillages, morceaux de conques de lambis cassées, restes d’oursins blanchis par la mer et autres petits coquillages font le bonheur de mon petit explorateur.


C’est en empruntant le chemin bien moins tracé situé à droite de la plage, en longeant la mangrove et en continuant à travers la forêt, qu’on découvre à notre grande surprise un four à chaux caché au milieu des arbres.



"Si tu n'arrives pas à penser, marche. Si tu penses trop, marche. Si tu penses mal, marche encore."

Jean Giono





Tu peux aussi découvrir…